Aidez-nous à co-construire le Forum de l'OCDE 2019: Un Monde ÉMouvant

Feb 27, 2019
2
3

Le Forum de l'OCDE a 20 ans cette année. Plus qu'un anniversaire, c'est un passage à l'âge adulte. C'est aussi une occasion pour nous de revenir sur le passé et de se projeter vers l'avenir: qu'avons-nous appris et accompli? Quel avenir pour le Forum de l'OCDE dans un environnement mondial en pleine mutation? 

Le Forum a été créé en 2000 en réponse aux pressions publiques pour plus de transparence et de dialogue dans l’élaboration des politiques. L'ère d’internet étant alors en plein essor. En tant que citoyens du monde informés, proactifs et « connectés », les organisations non gouvernementales avaient mobilisé le Web pour exercer une nouvelle influence sur la scène politique et contraindre les gouvernements à rendre des comptes. La mondialisation battait son plein dix ans après la chute du mur de Berlin, la Chine s'apprêtant à rejoindre l'OMC et son régime de commerce et d'investissement ouverts. C’était également une période de violentes manifestations de rue ; à Seattle, en novembre 1999, 30 000 manifestants avaient stoppé l’OMC dans son élan, un an après l’interruption des efforts de l’OCDE en faveur d’un accord multilatéral sur l’investissement. L’aversion pour le pouvoir multinational des grandes marques, l'écrasement culturel et identitaire, les ateliers clandestins et le fossé béant entre les pays riches et pauvres révélé par la mondialisation contribuaient tous à générer une réelle demande de responsabilité et de transparence.

L’OCDE a entendu le message: de ce creuset, le Forum de l’OCDE a émergé. Mais ce ne fut pas une naissance aisée. Les employés de l’OCDE et les diplomates étaient préoccupés. Bien que la plupart aient reconnu la nécessité d'une plus grande transparence et se soient engagés dans des consultations limitées avec la société civile, beaucoup restaient néanmoins convaincus que la discrétion demeurait nécessaire. Si l'OCDE devait s’ouvrir, ce ne serait que pour mieux convaincre les sceptiques des incontestables vertus de la mondialisation. Le Forum de l'OCDE était à la fois un risque, et une opportunité.

20 ans plus tard, le Forum de l'OCDE prospère. Il a apporté une contribution précieuse à la transformation de l’OCDE, devenant une plate-forme adaptée à un monde en rapide évolution. Or, au cours des deux dernières années, le paysage politique mondial a de nouveau basculé. L'incertitude, les divisions, l'impatience et la polarisation se sont généralisées, et les manifestations de rue ont fait leur retour.


La motivation initiale du Forum reste tout aussi forte, et sa nécessité plus grande encore dans un Monde Émouvant. La réticence de 2000 a été remplacée par un profond désir – si ce n’est un devoir – d'écouter chacun et chacune, afin d'élaborer de meilleures politiques. Le Forum continue aussi bien se projeter vers l'avenir que de se concentrer sur les défis passés et présents. Nous continuons à encourager un débat franc et fondé sur les faits mais, en 2019, nous nous devons de tirer parti des sentiments et émotions qui nous animent et motivent nos réalisations.

Chaque année, nous nous efforçons d’élaborer un programme qui correspond aux évolutions de notre temps. Or, force est de constater que notre monde est bien différent en 2019. Alors qu’un temps nous concentrions notre attention sur la nécessité d’une croissance économique forte, nous cherchons aujourd’hui à mettre l’accent sur l’impératif d’une croissance durable et inclusive, plaçant les citoyens au cœur de notre approche et de nos politiques. Des sujets tels que la parité, l’intégration des migrants, le vieillissement dans la pauvreté, le chômage chez les jeunes, l’accès au logement et aux soins de qualité, et l’équité fiscale existaient déjà il y a 20 ans, mais ont aujourd’hui acquis une pertinence plus aigüe encore.

Au fil des ans, nous avons accueilli des responsables politiques, réunissant ministres et décideurs de tous horizons politiques; un éventail de représentants de la société civile travaillant activement sur des questions allant des droits de l'homme à la sécurité des enfants, en passant par l'impôt et le respect de la vie privée; des dirigeants syndicaux œuvrant à l’amélioration des droits des travailleurs; des PDG locaux ou globaux s’employant à développer des modèles de gestion plus inclusifs et durables; des médias novateurs utilisant leurs plateformes pour commenter et cartographier l'évolution du monde; et des chercheurs et des universitaires avant-gardistes partageant leur expertise pour développer des solutions innovantes et concrètes. Tous contribuent à des conversations qui repoussent les limites et nous entraînent hors de notre zone de confort, toujours plus près des problèmes et questions que nous nous devons de mettre à l'ordre du jour.

Cette communauté est un ingrédient essentiel de « l’alchimie du Forum » – elle est l’incarnation collective d‘individus avec lesquels l’OCDE s’engage à collaborer partout dans le monde et que nous mobilisons afin de faire part de leurs riches expériences, points de vue et idées. Réunissant seulement quelques centaines d’intervenants en 2000, le Forum de l’OCDE a rassemblé 4000 d’entre vous à Paris l’année dernière, et bien plus encore en ligne et sur les médias sociaux . Cette année, nous espérons inclure toujours plus de voix et ainsi mobiliser notre intelligence collective pour relever les défis pressants du monde dans un espace ouvert, dynamique et créatif.

Les 20 et 21 mai, la 20ème édition du Forum s’intitulera « Un monde ÉMouvant », reflétant une période de profonds bouleversements et transformations sur les plans sociaux, politiques et économiques, amplifiées par le double impact de la transformation digitale et de la mondialisation. Les évènements récents remettent en cause notre compréhension du présent et notre capacité à prévoir l’avenir. « Que puis-je faire? »; « Ce que je peux faire! »; « Dites-moi quoi faire! » : voici quelques-uns des dilemmes auxquels nous sommes tous confrontés lorsque nous abordons des problèmes aussi complexes à si grande échelle.

Les individus peuvent être des agents de changement dynamiques, comme nous l'avons vu à travers le monde,  tenant responsables les dirigeants mondiaux de leur sécurité physique, de la protection de la planète et du respect de tous, sans distinction de sexe ou d'appartenance ethnique. Collectivement, les petites actions peuvent devenir de puissantes forces de ruptures et changements. Notre ambition au Forum sera d’explorer les différentes manières de transformer certaines des expressions d’incertitude et de colère de notre temps en engagement collectif pour des initiatives constructives.

Alors que nous commençons nos préparatifs, nous faisons appel à vous pour co-créer le programme. Nous vous avions consultés l’année dernière et nous étions inspirés de vos réflexions, reflétées dans le programme du Forum.

Voici quelques-uns des thèmes et questions sur lesquels nous nous penchons actuellement ; nous apprécierions vos idées et votre contribution: 

  • À quoi ressemblerait un nouveau contrat sociétal? Au cœur de cette question s’inscrit notre capacité à traiter la manière dont les notions d’éthique, les valeurs humaines et même la vie privée évoluent à l’ère du numérique. Comme par les années passées, nous continuerons également à explorer les moyens de promouvoir une croissance plus inclusive, vectrice d’opportunités pour tous, et en particulier pour ceux qui sont trop souvent laissés pour compte dans nos sociétés (tels que les jeunes, les femmes, les migrants, les générations seniors, et les personnes souffrant de handicap) en assurant un meilleur accès à l’éducation, à l’emploi, au crédit, au logement, et aux soins. Nous souhaitons également porter la réflexion « au-delà des capitales », compte tenu de l‘importance de la composante régionale dans les divisions qui se creusent au sein de nos économies et sociétés.
  • Comment pouvons-nous nous préparer à la numérisation et l’avenir du travail? La priorité de l’OCDE est de faire en sorte que la transformation numérique que nous vivons se révèle positive aussi bien pour la croissance économique que pour le bien-être de tous. Dans ce contexte, les discussions du Forum mettront un accent particulier sur l’avenir du travail, et sur le type d’éducation et de compétences, les systèmes de protection sociale et les réseaux de soutien qui apporteront à tous la confiance et la résilience nécessaires pour faire face aux transformations du monde du travail.
  • Pourquoi la coopération internationale est-elle importante à notre époque? L’intégralité du programme de l’édition 2019 du Forum sera liée aux ODD, et nous prévoyons de mettre encore davantage l’accent sur l'urgence de lutter contre le changement climatique et les défis environnementaux. Nous anticipons une discussion stratégique sur le besoin d’un nouveau type de leadership dans un contexte global volatil et mouvant: les défis de la mondialisation, les changements technologiques, les questions migratoires et la montée des populismes appelant tous à un leadership solide, ainsi qu’à de nouvelles responsabilités partagées entre gouvernements, chefs d’entreprise, maires, et l’ensemble de la société civile. 

Nous débattrons également du potentiel de l’Intelligence Artificielle et d’autres nouvelles technologies qui apportent des solutions innovantes à certains problèmes mondiaux majeurs, mais soulèvent également d’importants enjeux légaux et éthiques qu’il convient de prendre en considération afin de permettre à ces technologies de réaliser leur plein potentiel.

Le Forum Network est l’espace qui vous permettra de nous dire ce qui compte pour vous et via lequel nous pouvons écouter, réfléchir et agir en conséquence. Rejoignez-nous pour commenter dans l’espace ci-dessous! 

Dans un Monde ÉMouvant, aussi longtemps que le Forum de l'OCDE ira de l’avant et écoutera attentivement les personnes de toutes origines et horizons, nous serons une source inestimable d'enrichissement en faveur de politiques meilleures pour des vies meilleures.

En vous joignant à nous lors du Forum de l'OCDE 2019 et en vous engageant à nos côtés sur le Forum Network, vous aussi pouvez nous aider à marquer notre passage à l'âge adulte et œuvrer avec nous en direction d’un avenir meilleur. Aux 20 prochaines années !

Anthony

Anthony Gooch

Director, OECD Forum, OECD

https://www.linkedin.com/in/anthonygooch/

3 Comments

professional ethics and digital ethics have been losing more and more, but less ethical information, but we have 17 SDGs where each day more people are identified and will be the example so that many more people and companies have more information and more ethics

greetings and more success


Dworczak 6 months ago

Du sens au travail ? Le neuromanagement

La culture déterminerait le champ des possibles, ce qui est bon ou pas pour notre entreprise, elle permettrait de lier le collectif et de mieux comprendre pourquoi certains changements sont plus difficiles à manager que d’autres… Rien de mieux, donc, pour comprendre sa culture que de faire appel ponctuellement à un regard neuf ou extérieur…en proposant, par exemple, des rapports d’étonnement aux nouveaux concepts en neuromanagement...neuroéducation, pour développer, par suite, la motivation des membres de l'entreprise..de sa collectivité.

Donner du sens au travail pourrait revenir à « humaniser » le travail, à lui donner une finalité à portée éthique, à savoir l’opportunité d’inscrire dans ses actions, missions, travaux, une responsabilité qui dépasse le cadre juridique et fonctionnel du poste de travail. Les interrogations actuelles sur la RSE (Responsabilité Sociale/Sociétale et Environnementale) de l’entreprise ont aussi pour objet d’apporter ce sens, d’où l’intérêt de travailler sur la réalité des intentions de telles démarches et de les partager et pourquoi pas d’associer tous les acteurs (salariés).
Si l’engagement associatif ou dans des projets alternatifs (éducation, climat, alimentation, …) est en plein essor, c’est aussi sans doute pour réagir au besoin de ne pas rester un « animal laborieux » mais pour répondre à la nécessité vitale d’agir…
Tous les salariés n’éprouvent pas nécessairement ce besoin de finalité, ou en tout cas ne l’expriment pas… Pour autant, dans une époque où le travail se transforme et évolue vers une généralisation de l’automatisation de nombreuses tâches, il est à réinventer…

Dworczak 6 months ago

Le neuromanagement et la neuroéducation :

« Les travaux récents en économie montrent que les compétences socio­-comportementales engendrent un double dividende : elles jouent un rôlecentral dans la capacité à apprendre, améliorant la réussite scolaire et professionnelle.


Les compétences comportementales regroupent le sentiment d’efficacité personnelle, l’estime de soi, la persévérance, le locus de contrôle (c’est ­à­ dire la perception que les événements qui nous affectent sont le résultat de nos actions ou le fait de facteurs externes) et les compétences sociales, affectant les relations interpersonnelles, regroupent la coopération, le respect et la tolérance


Elles ont, en effet, un impact décisif sur les performances économiques et sociales globales. En écho aux lacunes des élèves français, les enquêtes internationales montrent que les adultes français ont moins confiance dans leurs propres capacités et valorisent davantage la sécurité que l’innovation.


De même, les relations hiérarchiques dans les entreprises françaises sont plus verticales et plus conflictuelles que dans les autres pays européens, avec un impact déterminant sur la productivité, l’innovation et la croissance, mais aussi sur le niveau de bien-­être en France. 


Les enquêtes internationales montrent que les méthodes pédagogiques en France sont singulières, laissant peu de place à la personnalisation du travail et au travail coopératif, au profit d’un enseignement vertical privilégiant le travail individuel associé à un système d’évaluation anxiogène qui perpétue les écarts de performances.


La confiance en soi et dans les autres, la coopération et l’autonomie sont des compétences clés pour « apprendre à apprendre ». Il faut donner à l’école, à l’entreprise aussi, les leviers pour développer ensemble compétences socio-­comportementales et académiques. »


Fabien Dworczak