Quand Francophonie rime avec économie

Image bannière: Francophonie sans frontières

Like Comment

Cet article s’inscrit dans une série de contributions d’experts de l’OCDE et d’influenceurs – du monde entier et de tout secteur de la société – qui répondent à la crise du COVID-19, partageant et développant des solutions pour aujourd’hui et demain. Cette série vise à favoriser un échange constructif de vues et d’expertises développées dans différents domaines afin de nous permettre de relever ensemble ce défi majeur. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles de l’OCDE.

Afin de rester informés de l’ensemble des travaux de l’OCDE dans la lutte contre le COVID-19, visitez la plateforme de l’OCDE  dédiée.


Le concept de « francophonie économique » désigne à la fois la capacité à développer des affaires en français mais aussi à promouvoir une économie plus équitable, durable et inclusive afin de servir les populations et de contribuer au mieux-être commun. Ce concept fait couler beaucoup d’encre depuis la parution du rapport Attali sur La francophonie et la francophilie, moteurs de croissance durable   en 2014 et l’adoption, la même année à Dakar, d’une Stratégie économique pour la Francophonie à la XVe Conférence des chefs d’État et de gouvernement ayant le français en partage.

Le français, une « langue-monde »

Usité sur les cinq continents et les îles, des Amériques à l'Europe, de l'Afrique à l'Asie jusqu'à l’Océanie et l’outre-mer, le français est la cinquième langue mondiale. Environ 315 millions de Terriens sont aptes à travailler, négocier, entreprendre, commercer et innover en français. La francophonie économique est donc une réalité de facto, stimulée par l’élan démographique africain.

Évolution de la population de cinq espaces linguistiques

Source : Observatoire de la langue française

Pour aller plus loin, un ensemble linguistique (non homogène) tel que la Francophonie peut se concevoir comme une « économie-monde » en devenir, c’est-à-dire comme un « fragment de l'univers […] auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique », d’après Fernand Braudel (1979). Cela implique deux éléments essentiels : une impulsion publique (avec l’essentielle coopération des organisations internationales) et une implication ordonnée des acteurs privés.

Nous évoquions, dès 2013, la mise en place d’une Organisation de coopération économique francophone (OCEF) ou à tout le moins d’un opérateur économique de la Francophonie, aux côtés des opérateurs historiques que sont l’Agence universitaire de la Francophonie, l’Université Senghor, l’Association internationale des maires francophones et TV5MONDE. Il convient également de s’appuyer sur le dynamisme des groupes de pays francophones au sein des organisations internationales telles que l’OCDE.

Le français à l’OCDE : dynamisme et diversité par Anne-Lise Prigent, Managing Editor, French Content, OECD

Le français à l’OCDE : dynamisme et diversité par Anne-Lise Prigent, Managing Editor, French Content, OECD

Du côté des acteurs privés, de nombreuses entreprises s’engagent déjà dans cette voie francophone des affaires, à l’instar de Montreux Comedy qui rayonne de la Suisse romande à la Côte d’Ivoire autour du bien commun qu’est l’humour. Pour des entreprises comme la maison de champagne Lanson, le géant des cosmétiques L’Oréal, le groupe familial Duval et les transnationales financières Ecobank et Meridiam, le « marché francophone » est à la fois bien identifié et générateur de belles opportunités.

Les défis

À court et moyen terme, l’urgence de la Francophonie économique doit être de répondre à trois défis majeurs : la formation professionnelle, l’emploi des jeunes et le développement durable. Ces trois urgences doivent être appréhendées dans une approche globale.

La Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, en a conscience. Elle a reconnu lors des 21e Rencontres économiques d’Aix-en-Provence que les organisations internationales devaient être plus agiles pour répondre aux besoins des populations. Elle a impulsé le programme « Les Pionnières de l’entrepreneuriat francophone », qui accompagnera 32 jeunes entreprises et PME dans leur phase de croissance.

Photo: Glasshouse pour les Rencontres Économiques

Ce type d’initiatives porteuses ne saurait trouver sa pleine expansion et changer d’échelle sans le concours du secteur privé : entreprises, mutuelles, fondations, associations, coopératives, syndicats, etc. Les agences publiques nationales ont également un rôle à jouer. Au Sénégal, la Délégation générale à l’Entreprenariat rapide des Femmes et des Jeunes accompagne les nouvelles entreprises et les PME, tant d’un point vue financier que technique et humain. Selon le ministre sénégalais Papa Amadou Sarr, « Aujourd’hui, ce qui compte pour les jeunes, c'est de créer son entreprise, générer de la richesse, voyager librement et intégrer davantage l'espace francophone par l'économie ». 

Lire plus de le Centre pour l'entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes

Lire plus de le Centre pour l'entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes

Le renouveau de la Francophonie économique

En cinquante ans, les acteurs de la Charte de la Francophonie – Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en tête - ont été à l’initiative de nombreuses actions : soutien aux industries culturelles des pays dits « du Sud », accompagnement des États, des parlements et des universités dans la mise en place de réformes éducatives et linguistiques, dans le renforcement de leurs capacités, la prévention des conflits, le partage d’expertise sur la transition écologique et numérique, la consolidation des processus électoraux, etc. Mentionnons d’ailleurs que l’OCDE travaille aussi sur certains de ces sujets et que des coopérations renforcées avec elle seraient tout à fait bénéfiques.

Scénarios pour le monde de 2035: Implications pour l’avenir de la collaboration mondiale et de l’OCDE

Scénarios pour le monde de 2035: Implications pour l’avenir de la collaboration mondiale et de l’OCDE

Il ne faut pas oublier que cet accompagnement multidimensionnel, interculturel et international fondé sur le partage d’une langue commune et de bonnes pratiques a contribué - contribue toujours - à l’établissement d’un meilleur climat des affaires dans l’espace francophone, ainsi qu’à l’atteinte des Objectifs de développement durable des Nations Unies. 

Depuis quelques années, les initiatives directes visant à donner chair à cette « francophonie économique » dont les contours étaient de prime abord assez flous, se multiplient : création de forums économiques, de chambres consulaires, d’incubateurs, de clubs d’affaires, de fonds d’investissement, de réseaux, de communautés d’entraide, etc.

Un Forum économique se tiendra en marge du prochain Sommet de la Francophonie prévu en novembre prochain à Djerba (Tunisie) et des missions économiques et commerciales de la Francophonie seront lancées en octobre au Vietnam et au Cambodge, dans le but de développer les relations d’affaire dans une perspective intercontinentale, durable et inclusive.

L’approche de la Francophonie économique consiste ainsi en un aller-retour permanent entre les acteurs de terrain et les instances locales, nationales et internationales. À cet égard, pour une meilleure coordination des politiques, il serait judicieux de relancer la Conférence des Ministres de l’Économie et des Finances de la Francophonie, qui s’est réunie pour la première fois à Monaco en avril 1999 et de nouer davantage de partenariats avec le secteur privé, pour co-construire et partager une vision commune. 

La principale organisation patronale française, le Mouvement des entreprises de France, ainsi qu’une vingtaine d’organisations patronales francophones organisent cette semaine à Paris une Rencontre des entrepreneurs francophones. Décideurs politiques et économiques, entrepreneurs, investisseurs et banquiers francophones échangeront pour densifier les échanges économiques et commerciaux entre pays francophones, avec un volet climat et un volet numérique. Une occasion idéale de construire une Francophonie économique ambitieuse, durable, collégiale et partenariale.

Employons-nous-y tous ensemble !

Vous souhaitez être tenu au courant des travaux de l’OCDE ? Nous avons créé pour vous À la une, la lettre d’information de l’OCDE. Abonnez vous !

Dans la même rubrique

Tackling COVID-19 Finance

Que vous soyez d’accord ou non, ou que vous approchiez le sujet traité sous un autre angle, rejoignez gratuitement le Forum Network avec votre adresse e-mail, ou par l’entremise de vos comptes sur les réseaux sociaux, afin de partager vos vues ci-dessous ! Vos commentaires sont ce qui font du Forum Network un lieu unique, qui connecte citoyens, experts et décideurs politiques dans le cadre d’un débat ouvert et respectueux.

Benjamin Boutin

Président, Francophonie sans frontières

Benjamin Boutin est président-fondateur de l’ONG Francophonie sans frontières. Chercheur associé à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe, enseignant et collaborateur parlementaire, il dirige également l’association nationale France-Canada. Spécialiste des affaires francophones et européennes, mais aussi de la coopération et des affaires publiques, il intervient depuis 2013 dans les médias pour une francophonie économique ambitieuse, durable et inclusive.

Comments

Go to the profile of Peter Kraneveld
18 days ago

La propagande pour parler une langue étrangère a des côtés positives et négatives. Comme yin et yang, ils sont inséparables.

Du côté positif sont les aspects de diversité: les cultures, donc les langues sont valables en soi. Néanmoins, peu de langues sont protégés avec autant de force que le français - il est même interdit d'utiliser une autre langue dans les publicités commerciales sans inclure une traduction en français - tandis qu'il y a pas mal de langues, souvent minoritaire, qui sont beaucoup plus menacé que le français (voir les graphiques montrés par l'auteur.)

Du côté négatif, il y a le nationalisme, courant politique qui est à la source de guerre, discrimination, colonialisme et une esprit fermé en général. Propager une langue peut facilement descendre dans une manque de flexibilité politique et par extension économique. Pourquoi est-il encore interdit au diplomats français de s'exprimer en écrit dans une langue étrangère? Dans le même sens, la propagande facilite une paresse linguistique. Il faut reconnaître l'état lamentable de l'enseignement de langues étrangères en France. Fallait-il remédier ce problème en espérant que son interlocuteur parle français ou en améliorant l'éducation en France ? Je suggère qu'on peut améliorer la situation simplement en réalisant que l'objectif de parler une autre langue est de communiquer et non pas de maîtriser cette langue à la perfection.