Pour une intégration durable des migrants au sein de l’OCDE

De l’importance d’un développement coordonné et d’une réponse systémique : il est nécessaire de mettre en place une réponse humanitaire et politique encore plus coordonnée à travers le monde.
Pour une intégration durable des migrants au sein de l’OCDE
Like
Le Forum Network de l’OCDE est un espace où des experts et acteurs clés de la société cherchent à répondre aux grands enjeux actuels et futurs par l'échange d'idées, de perspectives et solutions. 

Le poids des conflits sur l’immigration

Le nombre de personnes contraintes de fuir leur foyer a augmenté chaque année au cours de la dernière décennie et se situe actuellement au niveau le plus élevé depuis que ces statistiques existent. À la fin de l’année 2021, le nombre de personnes déracinées par la guerre, les violences, les persécutions et les violations des droits humains s’élevait à 89,3 millions, soit une augmentation de 8% par rapport à l’année précédente et bien plus du double du chiffre d’il y a dix ans, selon le rapport annuel du UNHCR sur les tendances mondiales. Ces personnes étaient réparties suivant les différentes catégories ci-dessous :

  • 27,1 millions de réfugiés
  • 53,2 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays
  • 4,6 millions de demandeurs d’asile
  • 4,4 millions de réfugiés et migrants vénézuéliens

Avec près d’1 million d’enfants nés en tant que réfugiés entre 2018 et 2020.

Les années 2021 et 2022 ont été marquées par la multiplication des conflits qui se sont intensifiés et par l’apparition de nouveaux conflits. Selon la Banque mondiale, 23 pays, représentant une population totale de 850 millions d’habitants, ont été le théâtre de conflits d’intensité moyenne ou élevée.

Egalement sur le Forum Network: Successful migrant integration in the face of unprecedented challenges par Head International Migration Division, OECD

International migration is a complex, hotly debated and constantly changing issue across the OECD. Improving the integration outcomes of immigrants, including refugees and their children, is vital for a prosperous and inclusive future for all, emphasise Jean-Christophe Dumont and Thomas Liebig.

« Chaque année au cours de la dernière décennie, les chiffres n’ont cessé d’augmenter », a indiqué le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, le 16 juin 2022. « Soit la communauté internationale se mobilise pour réagir face à ce drame humain, pour mettre fin aux conflits et parvenir à des solutions durables, soit cette tendance dramatique se maintiendra. »

Les mesures actuelles d’accueil et d’intégration

Face à cette situation sans précédent, les pays de l'UE ont eu recours à un mécanisme qui n'avait jamais été mis en œuvre jusqu'alors : l’octroi d’une protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées. Le 4 mars 2022, le Conseil européen adoptait des mesures qui visaient à offrir une protection immédiate aux populations venant se réfugier sur le sol de l'UE. Même si les 3 principaux pays d’accueil des réfugiés sont la Turquie (3,8 millions), la Colombie (1,8 million) et l’Ouganda (1,5 million), l’Union européenne est l’un des principaux donateurs internationaux dans les situations de déplacement forcé.

Ces mesures portaient sur l’enregistrement et la délivrance de documents, la protection spéciale pour les enfants, la lutte contre les risques de traite des êtres humains et le soutien aux victimes de crimes de guerre, l’accès aux soins de santé et aux prestations sociales, à l’hébergement et au logement, à l’enseignement, à la formation professionnelle et à l’emploi.

L'application du dispositif a déjà été prolongée jusqu'en mars 2024, et une nouvelle prolongation, jusqu'en 2025, reste envisageable. La moitié des bénéficiaires de la "protection temporaire" sont installés en Allemagne et en Pologne.

En dehors de ce dispositif institutionnel européen, la société civile se mobilise à grande échelle, partout en Europe, pour venir en aide aux réfugiés et particulièrement aux Ukrainiens : des collectifs, ONG, associations, hébergeurs bénévoles, dont un aperçu du détail des actions en France peut se consulter ici.

Les derniers chiffres selon le UNHCR indiquent que des 7,2 millions de réfugiés ukrainiens en Europe, 90 % des réfugiés ukrainiens sont des femmes et des enfants, environ la moitié des réfugiés ukrainiens résidant dans les États membres voisins de l'UE sont âgés de 0 à 19 ans. 

47% des réfugiés sont des femmes, 34% sont des enfants (parmi lesquels 69% ont moins de 13 ans). L'accueil de ces derniers est un enjeu crucial, car près d'un cinquième des enfants se sont réfugiés en Europe.

D’où l’importance d’un développement coordonné et d’une réponse systémique : il est nécessaire de mettre en place une réponse humanitaire et politique encore plus coordonnée à travers le monde.

Vers une évolution des mesures

Les déplacements forcés sont de plus en plus prolongés, étant donné la constante multiplication des nombreux facteurs de migrations forcées. D’où l’importance d’un développement coordonné et d’une réponse systémique : il est nécessaire de mettre en place une réponse humanitaire et politique encore plus coordonnée à travers le monde.

L'OCDE souligne que la politique de protection sociale doit être adaptée à la situation de déplacement : de la préparation préalable à la crise, à la réponse d'urgence immédiate, au contexte prolongé et aux solutions plus durables à plus long terme pour aider pleinement les réfugiés et les personnes déplacées.

En effet, pour mieux répondre aux besoins, exprimés et sous-jacents, des personnes réfugiées et déplacées, de façon durable, des mesures institutionnelles viseraient les services suivants, avec une approche multilingue où les informations sont accessibles en diverses langues (anglais, perse, dari, pashto, ourdou, ukrainien, russe, etc.) :

  • Un soutien à l’installation et à l’intégration
  • Un service d’aide à la recherche de garderie
  • Des dispositifs de traductions de certains documents
  • Des informations sur l’obtention des documents, cartes et permis essentiels
  • Des informations sur les services publics dans le pays d’accueil
  • Un service d’aide à la recherche d’un logement
  • Un service spécifique d’accompagnement à la recherche d’emploi et/ou de formation
  • Un service de soutien à la demande de citoyenneté
  • Des informations sur une première déclaration de revenus

Ces propositions dont la liste n’est pas exhaustive, devraient s’inscrire dans la politique d’intégration des pays de l’OCDE pour établir leur durabilité dans le temps, et une évaluation de leur impact pourrait être réalisée de façon périodique, de manière à adapter continuellement les mesures prises aux besoins réels des personnes réfugiées et déplacées.

Il s’agit de faciliter, de façon systémique, l’intégration et la participation des personnes réfugiées et déplacées au développement de leur pays d’accueil, face aux défis socioéconomiques auxquels ces pays sont confrontés (rigidité du marché de l’emploi pour certains pays, la structure démographique, etc.) en les aidant à faire évoluer leurs compétences linguistiques et techniques, à inscrire leurs enfants à l’école, à trouver un emploi, un logement, à découvrir les services communautaires, etc. Cette facilitation passe aussi par des services pour établir des liens avec les ressources disponibles, aider à s’impliquer au sein de la communauté d’accueil, et prendre en compte les difficultés, inquiétudes, réussites, ou pour briser un sentiment d’isolement.

Des dispositifs communautaires et interculturels dans les domaines majeurs tels que les soins de santé, l’éducation, l’emploi, etc. permettraient d’assurer une information régulière sur le système du pays d’accueil, une acculturation et une liaison entre les familles immigrantes et les services dont elles ont besoin et ce, en réalisant des interventions personnalisées auprès d’elles et des professionnels du milieu.

Ces dispositifs aideraient également les professionnels à adapter leurs pratiques pour faciliter l’accès à leurs services et engendrer une réciprocité d’intégration pour un meilleur vivre-ensemble.




Accédez au rapport complet: Les indicateurs de l’intégration des immigrés 2023

Cette publication réalisée conjointement par l’OCDE et la Commission européenne présente une comparaison internationale approfondie des résultats des immigrés et de leurs enfants en matière d’intégration pour l’ensemble des pays de l’UE et de l’OCDE, ainsi que certains autres pays sélectionnés. Il comprend 83 indicateurs organisés autour de trois grands thèmes : marché du travail et compétences, conditions de vie, engagement civique et intégration sociale.

Please sign in

If you are a registered user on The OECD Forum Network, please sign in