One Health : Un defi mondial

Pour mieux comprendre les interactions entre le monde animal et l’espèce humaine, une collaboration étroite entre la médecine humaine, la méde­cine vétérinaire et les autres domaines scientifiques concernés est aujourd’hui indispensable. Image bannière: Shutterstock/next143
One Health : Un defi mondial
Like
Cet article s’inscrit dans une série de contributions d’experts de l’OCDE et d’influenceurs – du monde entier et de tout secteur de la société – qui répondent à la crise du COVID-19, partageant et développant des solutions pour aujourd’hui et demain. Cette série vise à favoriser un échange constructif de vues et d’expertises développées dans différents domaines afin de nous permettre de relever ensemble ce défi majeur. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles de l’OCDE.
Afin de rester informés de l’ensemble des travaux de l’OCDE dans la lutte contre le COVID-19, visitez la plateforme de l’OCDE  dédiée.


Quel est le point commun entre le Sida, Nipah et Hendra, la grippe H5N1, le SRAS, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), mais aussi Ebola, la fièvre West Nile, la dengue, le chikungunya, Zika… et actuellement la Covid-19 ? Toutes sont des maladies infectieuses passées de l’animal à l’être humain : des zoonoses.  

On considère aujourd’hui que les zoonoses constituent 75 % des maladies infectieuses émergentes. La plupart d’entre elles sont transmises directement tandis que d’autres sont vectorielles (contamination par la piqûre d’un insecte le plus souvent ou transmises par voie alimentaire.

Le concept One Health-Une Seule Santé, c'est une approche intégrée, systémique et unifiée de la santé aux échelles locales, nationales et mondiales.

Plusieurs facteurs expliquent le développement de ces maladies, dont la croissance démographique, l’augmentation du trafic international des personnes et des marchandises, les transformations des habitudes alimentaires, les évolutions des pratiques de culture et d’élevage et des systèmes de production, le changement climatique, la modification des écosystèmes, l’atteintes à la biodiversité (en particulier la déforestation), ainsi que l’accroissement du commerce - légal ou illégal - d’espèces animales sauvages…

Le Vivant se caractérise par son unité (One Life) mais aussi par sa complexité. Cette complexité impose d’adopter une approche transdisciplinaire et intersectorielle afin de mieux affronter les maladies émergentes à risque épidémique, voire pandémique. Cette approche a un nom: c’est le concept One Health-Une Seule Santé, qui prône une approche intégrée, systémique et unifiée de la santé aux échelles locales, nationales et mondiales.

Pour mieux comprendre les interactions entre le monde animal et l’espèce humaine, une collaboration étroite entre la médecine humaine, la méde­cine vétérinaire et les autres domaines scientifiques concernés (écologie, agronomie, sciences humaines…) est aujourd’hui indispensable.

La pandémie de Covid-19 a mis en exergue la pertinence de ce concept en rappelant les liens étroits et les interactions qui existent entre santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes.

C’est en effet à la source animale qu’il convient d’agir. Il est crucial d’intervenir en amont de la chaîne de transmission et d’assurer une détection précoce des foyers ainsi qu’une réaction rapide, en renforçant les mesures de bio­sécurité animale et d’intervention. La prévention est essentielle pour éviter le franchissement de la barrière d’espèce par une mutation ou une recombinaison de l’agent pathogène lui permettant de s’adapter à l’être humain et de générer chez lui une maladie, parfois après un passage intermédiaire de l’animal sauvage à l’animal domestique.

À la suite de la panzootie d’influenza aviaire H5N1, l’OMS, la FAO et l’OIE ont créé en avril 2010 une alliance « One Health » autour de trois axes de lutte : contre l’influenza aviaire, contre la rage et contre la résistance aux antibiotiques - ouantibiorésistance. Cette alliance a ensuite été élargie au PNUE avec la mise en place en 2021 d’un groupe d’experts à haut niveau « One Health » (OHHLEP) compétent pour les trois santés (humaine, animale, environnementale).

A lire également sur le Forum Network: COVID-19 and Preventing Future Pandemics par Nigel Sizer, Executive Director, Preventing Pandemics at the Source [en anglais]

Le premier travail de ce groupe a été de proposer une nouvelle définition de « One Health ». Celle-ci a été adoptée le 1er décembre 2021 par l’Assemblée mondiale de la santé :

« One Health/Une seule santé est une approche intégrée et fédératrice qui vise à équilibrer et optimiser durablement la santé des personnes, des animaux et des écosystèmes. Elle reconnaît que les santés des humains, des animaux domestiques et sauvages, des plantes et de l'environnement au sens large (y compris les écosystèmes) sont étroitement liées et interdépendantes. L'approche mobilise de multiples secteurs, disciplines et communautés à différents niveaux de la société pour travailler ensemble à améliorer le bien-être et à lutter contre les menaces pour la santé et les écosystèmes, tout en répondant au besoin collectif d'eau, d'énergie et d'air propres, d'aliments sains et nutritifs, en prenant des mesures contre le changement climatique et en contribuant au développement durable. » 

La pandémie de Covid-19 a mis en exergue la pertinence de ce concept en rappelant les liens étroits et les interactions qui existent entre santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes. Mais le concept de One Health ne doit pas être qu’une simple incantation. Il doit s’incarner dans des actions concrètes et opérationnelles, être porté politiquement pour être intégré dans des politiques publiques mises en œuvre aux niveaux local, national, régional et mondial et faire l’objet de partenariats public-privé. Des projets internationaux de recherche en matière de prévention ont été lancés, comme l'initiative Prezode (Preventing ZOonotic Disease Emergence).

« One Health » est l’affaire de tous et invite à sortir de son domaine de compétences ; il ne s’agit pas moins d’un nouvel état d’esprit à adopter.






Pour en apprendre davantage, lisez également les réponses de l’OCDE face au COVID-19 : From containment to recovery: Environmental responses to the COVID-19 pandemic [en anglais]

Les réponses de l’OCDE face au coronavirus (COVID-19) : From containment to recovery: Environmental responses to the COVID-19 pandemic [en anglais]

Please sign in

If you are a registered user on The OECD Forum Network, please sign in

Go to the profile of Prof. Pradeep Nair
10 months ago

The post-pandemic challenges in terms of economic shock and resource scarcity has put an extra stress on public health resources especially in middle- and low-income countries to recognize the interconnections among the various health sectors and their shared concerns. Unfortunately, even though the Covid pandemic is now almost over, a disconnect remains between people, care and policies and restoring the health security and care for all is the matter of prime concern. Here, One Health approach can connect disciplines across the human-animal-environment interface to address the emerging post-Covid health issues through a coordinated, effective, efficient and sustainable care approach. Due to its multidisciplinary collaboration and approach, one health has the potential to capitalize the capacities of multi-sectoral healthcare systems through regular information sharing among the stakeholders. The research, interventions and collaborations having a multi-disciplinary approach (human medicine, veterinary, ecology, environment, agriculture, and social sciences) can include wider range of expertise to strengthen health informatics which can help developing economies to take further steps towards health systems resilience.

The financing and administration of healthcare systems through the integration of several agencies managed by different ministries across regional and national governmental set-ups and the establishment of the National Institute for One Health is a tipping point to make the healthcare services more inclusive and accessible in India.  The Indian governments’ understanding of one health and its manifestation in an economically focused, socially adept and ecologically sustainable health policy approach and responsive strategies are capable in not only transforming the Indian health care sector in terms of diagnosis, disease management, treatment and prevention but also to prepare them for future emergencies. But this further requires a comprehensive policy and response approach to institutionalize the practice of one health through community-based outreach activities and also to make it an essential part of many community-based health schemes. This will ensure an active engagement of individuals, communities, the private sector and the society as a whole which can further help to shape the practice of one health on a wider scale.