L’épidémie de coronavirus (COVID-19) : un catalyseur vers l’acte II de la mondialisation ?

Image bannière: © NASA

Like Comment

Cet article s’inscrit dans une série de contributions d’experts de l’OCDE et d’influenceurs – du monde entier et de tout secteur de la société – qui répondent à la crise du COVID-19, partageant et développant des solutions pour aujourd’hui et demain. Cette série vise à favoriser un échange constructif de vues et d’expertises développées dans différents domaines afin de nous permettre de relever ensemble ce défi majeur. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles de l’OCDE.

Afin de rester informés de l’ensemble des travaux de l’OCDE dans la lutte contre le COVID-19, visitez la plateforme de l’OCDE  dédiée.


La mondialisation est un processus extrêmement complexe ; il serait donc excessif de voir dans l’épidémie de coronavirus (COVID-19) un simple résultat de ce processus. De par son rythme, son mode de diffusion et la rapidité de son extension mondiale, l’actuelle pandémie nous conduit cependant à mettre le doigt sur l’essentiel : notre monde compte aujourd’hui sept milliards et demi d’acteurs, dont les micro-stratégies respectives sont aujourd’hui infiniment plus déterminantes pour l’ensemble qu’autrefois.

La mondialisation a été « montée à l’envers ». Dans l’euphorie qui avait accompagné et suivi la chute du mur de Berlin, on a voulu faire de celle-ci la nouvelle vitrine d’un monde libre, vainqueur en même temps des totalitarismes et des idéologies étatistes. On devinait alors que ce monde post-bipolaire allait changer d’étiquette : il ne s’inscrirait plus dans une concurrence idéologique qui s’affaissait, mais dans un consensus nouveau, interactif, intégré et pragmatique qu’on nommait à la hâte « mondialisation ». On se dispensait de définir ce nouveau concept fétiche, mais on se persuadait qu’il était possible de l’identifier avec les moyens du bord : le marché ferait l’affaire. On  ne craignait pas de puiser dans la mémoire : Adam Smith, les économistes écossais du XVIIIème siècle et bien d’autres nous avaient appris que les échanges généralisés pourraient produire un ordre qui serait, cette fois, mondial…

C’est ici que commence l’erreur de montage qui a conduit à gérer l’après comme avant, avec, en prime, une rigueur dogmatique conduisant Margaret Thatcher à affirmer, comme parole d’Évangile, « qu’il n’y avait pas d’alternative ». Dans la tragédie que nous traversons, nous comprenons peu à peu que cette erreur « néo-libérale » était d’autant plus lourde et colossale qu’elle était double.

Réparer la mondialisation : Agir maintenant pour qu'elle profite à tous

Lisez le rapport de l'OCDE Réparer la mondialisation : Agir maintenant pour qu'elle profite à tous

D’abord, cette réaction inaugurait une confusion durable et funeste : désigner, par un même mot, la mondialisation comme processus et la mondialisation comme mode de gestion. La première est évidemment en amont de la seconde ; elle n’est pas fondée sur l’économique, mais sur une formidable révolution technologique, affectant en même temps la communication, les transports et, plus généralement, tous les supports de l’interaction sociale. Le résultat valait tout simplement abolition des distances, croissance exponentielle des contacts sociaux, et mobilité généralisée. Voilà qui bouleversait le politique fondé jusqu’alors sur la géométrie territoriale. L’urgence eût été de gérer ce nouvel ordre. Au lieu de cela, on en a négligemment fait l’instrument qu’on imaginait obéissant d’une mondialisation-gestion, entièrement confiée au marché.

Coronavirus (COVID-19) : Des actions conjointes pour gagner la guerre par Angel Gurría, Secretary-General, OECD

De là dérive la deuxième erreur : penser que le marché allait maîtriser, dans sa rigueur apurée, les nouveaux caprices la mondialisation-processus. L’essentiel du drame s’est noué ici : les yeux rivés sur la seule circulation des biens, on ne voulait pas voir la révolution qui se déchaînait dans l’organisation des comportements sociaux. On n’avait pas compris que l’être humain s’adaptait à la communication généralisée, à une mobilité facilitée, tout en se construisant un imaginaire mondialisé. On ne voulait pas admettre que la mondialisation-processus banalisait la migration, créait au quotidien une interdépendance de fait entre les acteurs sociaux qui pouvait aussi déboucher sur des heurts inter-sociaux qui faisaient fi des frontières. On n’entendait pas le PNUD qui, dès 1994, nous disait sagement que la mondialisation inventait une nouvelle sécurité qui n’était plus d’ordre militaire, mais humain, incluant notamment la sécurité alimentaire (dont le défaut fait près de 9 millions de morts par an), la sécurité environnementale et la sécurité sanitaire que nous découvrons maintenant parce qu’elle ne menace plus seulement l’Afrique !

Avec la crise, l’État de bien être est à nouveau évoqué et on redécouvre soudain le sens de cette exceptionnelle mobilisation sociale qui a jalonné toute l’année 2019

On a alors pris l’histoire à contre-sens : le tout économique cristallisé dans le marché abolissait en même temps le politique et le social. Le premier devenait inutile face à un consensus mou qui devait nous dispenser du luxe coûteux du débat ente modèles de cité. Nous l’avons payé cher en subissant la vague populiste qui en a dérivé, porteuse de slogans, mais privée de solutions. Dans le même temps, on raillait le social, passéiste et inefficace, qu’on reléguait au statut de « ruissellement » : « growth is good for the poor » et il suffisait d’attendre les effets bénéfiques de la croissance. Protection devenait un gros mot, jusqu’au jour où le vocable prit cyniquement sa revanche alors que vinrent les premières attaques virales sur le monde… On remonta en hâte le mécano politique dans le bon sens. Avec la crise, l’État de bien être est à nouveau évoqué et on redécouvre soudain le sens de cette exceptionnelle mobilisation sociale qui a jalonné toute l’année 2019, de Santiago à Beyrouth, de Paris à Téhéran, de Port au Prince à Alger, où on revendiquait précisément un retour solidaire du social et du politique.

Remonter la mondialisation à l’endroit, c’est distinguer entre ses deux faces, l’une ineffaçable – la mondialisation-processus -, et l’autre aménageable – la mondialisation-gestion. Remonter la mondialisation à l’endroit, c’est réinventer le politique et le social pour l’adapter aux données nouvelles. Par une gestion de biens devenus communs ou de menaces désormais solidaires qui impliquent une gouvernance coordonnée. Par une réinvention de l’altérité qui suppose de dépasser le couple périmé de l’ami-ennemi pour lui substituer l’idée de partenaire, celui que je dois faire gagner pour protéger mes propres gains. Par un réengagement total des dépenses publiques, calquées sur l’impérieux besoin d’accompagner les interdépendances au lieu de les concevoir en fonction du vieux paradigme westphalien de la compétition interétatique. 

Pour plus d’informations :

Dans la même rubrique

Tackling COVID-19 Reimagining Democracy

Que vous soyez d’accord ou non, ou que vous approchiez le sujet traité sous un autre angle, rejoignez gratuitement le Forum Network avec votre adresse e-mail, ou par l’entremise de vos comptes sur les réseaux sociaux, afin de partager vos vues ci-dessous ! Vos commentaires sont ce qui font du Forum Network un lieu unique, qui connecte citoyens, experts et décideurs politiques dans le cadre d’un débat ouvert et respectueux.

Bertrand Badie

Professeur émérite, Sciences Po Paris

Diplômé d'études supérieures de Science politique à Sciences Po Paris, de l'Institut des Langues Orientales, et d’études approfondies en histoire du XXème siècle à Paris I, Bertrand Badie a obtenu son doctorat d'Etat en science politique à Sciences Po Paris en 1975 et son agrégation de Science Politique en 1982. Il est professeur des Universités à Sciences Po Paris. Il a été directeur des Collections des Presses de Sciences Po (1994-2003) et du Centre Rotary d'études internationales sur la paix et la résolution des conflits (2001-2005).

1 Comment

Go to the profile of Jacques Drolet
Jacques Drolet 8 months ago

Cher Bertrand,

Une meillleure gestion d'une remondialisation dépend de ses constituents: les citoyens. J'ai vécu plusieurs années sur chacun de trois continents. Je suis un Canadian marié avec une allemande. Nous avons vécu en Suisse, à Madagascar, au Canada, et en Allemagne. Jamais je ne dirai que je suis un citoyen global accompli en raison de la complexité du processus. Par contre, je ne fais que rencontrer des politiciens, des académiciens (they are the worst), des hommes d'affaires et des citoyens qui se voient et se percoivent comme citoyen global. Cette fausse perception est probablement le blocage central pour que nous soyons en mesure de créer une nouvelle globalisation plus humaine. Aucune structure, aucun système politique, aucune théorie économique ne peut délivrer ce monde globalisé plus humain. Si nous ne reconnaissons pas que chacun de nous se doit d'apprendre ces abilités, nous ne chercherons pas à la acquérir. Si nous devenons conscients de cette lacune dans chacun de nous, peut-être qu'avec l'aide d'une nouvelle éthique, d'une nouvelle résilience, d'une nouvelle transparence, d'une nouvelle conscience du bien commun, et si chacun de nous débute son éducation pour acquérir les abilités d'un citoyen global, peut-être arriverons-nous à modeler cette globalisation plus humaine. Les maîtres actuels ne laisserons pas leur place de bon gré mais les qualités décrites plus hautes sont amplement suffisante pour maintenir les abuseurs là où ils doivent être et qui sait, peut-être même arriver à changer certains d'entre eux. Cet apprentissage n'est pas nouveau. Il y quelques approches. Celle que je pratique et transmet à ceux qui se trouvent autour de moi s'appelle cross-culture. Ma profession actuelle est l'harmonisation des règlements phytosanitaires dans le monde mais mon héritage et celui de ma partenaire des 37 dernières années, est d'offrir une opportunité à tous ceux qui le veulent, de pratiquer ces abilités de citoyen global, un mélange de pratique de choc social, de résilience, et d'adaptabilité. Le tout en évitant tout expression de violence, bien entendu , redéfinissant le faux pouvoir (ex. authoritarianism) en la notion de "servant leader" et de "Swarmship. Désolé les expression françaises me manquent.

Voilà, et pour en savoir plus: www.idrgculture.eu

ou jacques.drolet@idrg.eu

Meilleures Salutations et un bon système immunitaire!

 

Jacques